La fédération à l'action - Décembre 2017

Articles Forêts de France - Le 04/12/2017

Zoom sur les 8 actions clés dont nous avons choisi d’approfondir les contenus des rencontres les plus porteuses de cette fin d’année 2017.

Biodiversité

Fransylva participe au Comité national de la biodiversité (CNB). Celui-ci est présidé par le ministre Nicolas Hulot qui considère cette instance comme « le parlement de la bio­diversité ». La vice-présidence de ce comité a été confiée à Fabienne Allag-Dhuisme, membre du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) et plus particulièrement membre de la section « Milieux, ressources et risques ».

Le ministre a insisté sur l’importance de la corrélation climat/biodiversité et souligné le travail exemplaire de l’Agence française de la biodiversité (AFB) qui verra émerger prochainement des clones mis en place par les régions aux côtés des délégations régionales de l’AFB.

Fransylva insiste sur l’importance d’être présent au niveau régional pour intégrer ces instances au cœur de nos enjeux !

Services écosystémiques

Fransylva apporte sa contribution dans le cadre du groupe de travail constitué par le ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES) : l’EFESE (Évaluation française des écosystèmes forestiers et de leurs services). Ce groupe vise à formuler des recommandations sur la biodiversité auprès des décideurs au niveau national et régional.

La présence de Fransylva permet de faire entendre les enjeux forestiers, comme par exemple l’importance de respecter un équilibre sylvo-cynégétique, ou encore la reconnaissance des documents de gestion durable en tant que vecteur de prise en compte de la biodiversité en forêt.

Ces deux points sont notamment contestés par les représentants du MTES, les associations de protection de la nature ou les représentants des chasseurs. D’où l’importance d’être présent et de réaffirmer nos positions !

Législation fiscale

Fransylva a rencontré avec l’ASFFOR (Association des sociétés et groupements fonciers et forestiers) la direction de la législation fiscale. Il s’agit de l’organe qui met en œuvre la réglementation et la législation fiscales à Bercy.

Un rendez-vous très attendu et stratégique qui visait à définir les modalités d’application du DEFI (dispositif d’encouragement fiscal à l’investissement) en forêt.

Tout l’enjeu est de s’assurer que les règles du jeu (modes de déclaration, assiettes, périmètres, surfaces, etc.) respectent bien l’état d’esprit du législateur pour in fine encourager l’investissement en forêt.

Filière

Éric Toppan, au titre de Forinvest, est intervenu à Aprovalbois, le congrès dijonnais qui rassemble tous les deux ans les acteurs de la filière bois.Le message véhiculé était double.

D’abord, il existe une tendance de fond porteuse et positive pour le bois, car c’est un matériau durable qui sera de plus en plus consommé.

Ensuite, il est urgent que la filière puisse se saisir de cette opportunité. Pour ce faire, elle a besoin de se consolider car elle a besoin d’investissements (capitalistique et humain).

Gestion durable

Fransylva participe, dans le cadre du Plan national de la forêt et du bois (PNFB), aux discussions autour des indicateurs de gestion durable des forêts françaises et ultramarines (IGDOM), avec un focus particulier sur la Guadeloupe. Ces forêts sont soumises à un climat tropical, avec des enjeux souvent différents de ceux rencontrés en métropole. Il est nécessaire de pouvoir s’adapter pour assurer la promotion de la gestion durable sur l’ensemble des forêts françaises.

LULUCF

Quel mot barbare ! Il veut dire en français « utilisation des terres, changement d'affectation des terres et foresterie ». Fransylva, à travers le CEPF (Confédération européenne des propriétaires forestiers), se bat afin que la forêt soit considérée comme un atout pour atténuer le changement climatique, entendu au sens des forestiers. En effet, il y a un risque que les forêts soient considérées comme un puits de carbone au titre d’une réserve naturelle dans laquelle il ne faudrait plus intervenir. Fransylva travaille pour faire reconnaître le rôle de la sylviculture dans la captation de carbone et le renouvellement des forêts.

Conseil au propriétaire

Fransylva mène plusieurs actions pour améliorer l’accompagnement qu’offrent aux propriétaires forestiers les syndicats aux niveaux régional et départemental. Parmi les actions en cours, notons trois avancées récentes. Le programme « Mobiliser », financé par la CVO (taxe commune de la filière forêt-bois), qui a permis le recrutement au sein du siège de Fransylva d’une personne dédiée à la mise en place de bonnes pratiques pour la promotion du syndicalisme (site Internet, campagne e-mailing, utilisation du logiciel de gestion des adhésions, relations presse) ; le projet de rédaction d’un cahier des charges à l’attention des Unions régionales Fransylva pour les aider à se structurer et à envisager l’embauche de délégués régionaux ; et, pour finir, le travail conduit par Fransylva sur les documents de gestion durable, pour simplifier leur mise en place et la capacité à télédéclarer.

Députés et sénateurs

Fransylva et l’UCFF (Union de la coopération forestière française) ont reçu 11 députés et sénateurs pour leur présenter les enjeux de la forêt privée. Une matinée de travail aux échanges constructifs et pendant laquelle les présidents des antennes Fransylva départementales et régionales ont pu rencontrer les élus issus des circonscriptions attachées à leurs territoires. Cette rencontre marque le démarrage d'un travail à poursuivre sur le long terme pour construire ensemble la politique forestière !