Retours en images sur les JIF 2021

Le 27/03/2021

Malgré le contexte sanitaire, découvrez les activités organisées par des syndicats Fransylva

 

 

A l'occasion de la Journée Internationale des Forêts et malgré le contexte sanitaire, plusieurs syndicats Fransylva ont ouverts leurs forêts pour accueillir un public curieux de découvrir encore plus le milieu forestier.

 

 

Gers : Une mini forêt à coté de l’école

Pour sa 7ème participation à la JIF, Fransylva Gers, le Centre Régional de la Propriété Forestière d’Occitanie, toujours avec l’appui de la section BTS protection de la nature du lycée St Christophe de Masseube, ont déposé leurs valises « en bois » pour organiser des animations de communication sur la forêt et sa gestion durable.

Mardi 9 Mars, animations sur la forêt pour toutes les classes de l’école d’ORDAN LARROQUE.

Les étudiants ont apporté, grâce à différents exposés en classe et à l’extérieur, des éclairages sur le fonctionnement des arbres, l’écosystème forestier, les différentes espèces d’arbres de notre région, la gestion durable des forêts.

Vendredi 19 en matinée les enfants se sont attelés à planter toujours avec les étudiants et les professionnels de la forêt privée du Gers, une mini forêt à côté de l’école, composée de 40 arbres feuillus de huit espèces différentes. Suite à la plantation, des ateliers « découverte » ont permis aux enfants d’approfondir leurs connaissances pour mieux comprendre les interactions entre les différents éléments qui composent nos forêts : Sol, oiseaux, animaux sauvages, plantes…

L’aménagement de cette  petite parcelle d’environ 15 ares avec des arbres forestiers permet de constituer un espace « plus  sauvage » avec des plants installés par bouquets, par rapport aux haies juste à proximité, mises en place cette même année.

Dans la durée cela permettra aux différentes classes de l’école de visualiser les développements des différentes espèces d’arbres en milieu ouvert et en milieu plus fermé, plus dense. 

Samedi 20 en matinée La restitution du travail des enfants par les enfants et les étudiants de St Christophe, proposée sur le site de la plantation, aux parents d’élèves, aux habitants de la commune et aux élus a connu un franc succès.

 

 

Indre : de l’arbre à la planche

Pourquoi coupe-t-on du bois ? Quel est le cycle de vie d’une forêt ? Quelle biodiversité trouve-t-on en forêt ? Quelles essences d’arbres poussent dans l’Indre ? En quoi la forêt a-t-elle un impact sur l’environnement ? Pour répondre à ces questions, Fransylva Indre a accueilli les curieux, le temps d’une après-midi, à Mers-sur-Indre, samedi 20 févier à l’occasion de la Journée Internationale des Forêts.

 

« Le rendez-vous a été très suivi, notamment grâce au relai dans la presse locale » explique l’organisatrice, Laurence de Gressot, présidente de Fransylva Indre. « Nous avions donné rendez-vous au public dans le bois Girault, une forêt privée de 30 ha appartenant à la famille Robert. Plus de 50 personnes ont fait le déplacement : des randonneurs, des familles, tous avides de découvrir les particularités de nos forêts de l’Indre. En raison des mesures sanitaires et en accord avec la préfecture du département, nous avons mis en place un système de petits groupes, animés chacun par un adhérent Fransylva, des représentants du CRPF et de la chambre d’agriculture. » Le parcours suivait un sentier botanique pédagogique, et les participants ont pu prendre le temps de l’observation et apprendre à reconnaître les nombreuses essences présentes, différencier les chênes sessiles, pédonculés ou pubescents.

« Nous avons ensuite poursuivi la visite à la scierie Robert, à Ardentes » complète Laurence de Gressot. « L’enjeu était aussi d’expliquer au public à quoi sert la gestion durable des forêts, leur diversité, comment on s’en occupe, à quoi sert le bois qu'on y coupe et où va celui-ci ».

 

 

Calvados-Manche

En forêt de Beaumont, à la pointe nord-ouest du Cotentin (Manche), des écoliers ont fait leurs premiers pas en forêt à l’occasion de la JIF 2021. « Nous avons accueilli deux classes de CM2 de deux villages différents de la commune de la Hague, 20% de ces jeunes n’avaient jamais été en forêt ! » explique Jean-François Jacquet, président du syndicat Fransylva Manche-Calvados. Les écoliers se sont rendus sur un chantier de boisement de plus de 2 ha et ont pu participer aux plantations. Ils ont ensuite suivi un parcours de découverte en forêt et approfondir leur connaissance des essences, et de l’environnement forestier. « C’était une journée très positive et émouvante pour nous tous » commente Jean-François Jacquet, « les opérateurs de la plantation étaient ravis de pouvoir expliquer leur métier aux enfants ».

 

 

 

 

Haute-Loire

Les forêts auvergnates n’ont plus de secret pour les élèves des écoles de Haute-Loire (43). A l’occasion de la Journée Internationale des Forêts, le syndicat Fransylva 43 s’est rapproché de l’académie de Haute-Loire afin de construire un projet pédagogique avec les écoles du département autour des forêts. « Le rectorat de l’académie a accueilli l’initiative avec beaucoup d’enthousiasme. Au syndicat, le projet a fédéré l’ensemble du conseil d’administration : tous les membres se sont portés volontaires pour réaliser les animations avec les écoliers » explique Philippe Beignier, président de Fransylva Haute-Loire. Une motivation nécessaire pour aller parler forêt dans les classes de 12 écoles du département, à l’occasion d’ateliers répartis entre mi-mars et mi-avril. 

 

 

 

 

Franche-Comté : météo capricieuse

Pour certains, en raison de mesures sanitaires ou de conditions météorologiques, la Journée Internationale des Forêts aura lieu … au mois de mai. Le syndicat Fransylva Franche-Comté avait prévu d’organiser trois randonnées découverte des écosystèmes forestiers dans toute la région, tout au long de la semaine. Seule la manifestation à Auxelles-Bas (territoire de Belfort) a pu être maintenue, pour le plus grand plaisir des curieux. Fransylva Franche Comté avait donné rendez-vous aux promeneurs au cœur de la Forêt des Sénardins, une forêt privée de 75 hectares, étagée sur les contreforts Sud des Vosges, entre 400 et 520 mètres d’altitude.  Le Groupement Forestier du Vallon du Combois la met en valeur par une sylviculture dite irrégulière, à couvert continu et proche de la nature, excluant notamment les coupes rases. A l’occasion de déambulations piétonnes en petits groupes, le gérant du Groupement, des conseillers de la Chambre d’Agriculture et des membres du Syndicat des Forestiers Privés de Franche-Comté ont témoigné de la richesse et de la fragilité du milieu forestier, où le ver de terre est aussi précieux que le chêne centenaire.